Le court-métrage : Note d’intention et de réalisation

Le court-métrage : Note d’intention et de réalisation
Noter cet article

court-métrage

A travers un court-métrage en deux parties d’environ 10 min chacune, nous vous emmènerons à la découverte du Nord sauvage. Nous vous raconterons le quotidien de quatre français qui ont décidé de quitter leur confort pour vivre en Laponie finlandaise. Avec leurs dix sept chiens de traineaux, sans électricité et loin des villes ils ont fait le choix d’une vie plus qu’atypique. Au fil de l’été pour la première partie puis de l’hiver pour la seconde, nous découvrirons les liens qui se tissent entre eux et leurs chiens, entre eux et ce monde sauvage plein de mystères. Nous vous ferons découvrir leur entreprise, et nous vous montrerons qu’aujourd’hui encore il est possible de vivre différemment.

Note d’intention

I. Une Autre Manière de vivre

À partir de l’expérience de Primitif Aventure, nous aimerions que ce film permette de s’interroger sur notre rapport à la propriété et sur nos besoins fondamentaux. En quelque sorte, comment nous, occidentaux qui n’avons connu que la vie en pays développé, pouvons-nous vivre avec le stricte minimum et ce, dans une nature étrangère? Une fois la petite communauté arrivée sur place, au printemps dernier, il leur a tout d’abord fallu faire une yourte, avant de pouvoir ensuite s’attaquer au reste des constructions. Tout devait être absolument fini avant que le froid et, surtout, la nuit polaire ne tombent. Aujourd’hui, ils ont fini de s’installer, mais nous verrons que d’autres problèmes techniques peuvent se poser au quotidien. Que faire si l’on a oublié de prendre du bois avant la nuit et le blizzard? Qui s’occupe de partir en quête de provisions? Comment s’organiser pour être les plus efficaces?

Cette première partie permettra de présenter Primitif Aventure à travers leur quotidien sur leur terrain en plein cœur du Grand Nord. Ainsi, nous souhaitons soutenir leur choix de vie pour lequel ils ont choisi de se battre quitte à retourner de temps à autre en France pour économiser.

II. En quête d’aventure

Aujourd’hui, il n’existe plus de terres à découvrir. Nous sommes dans l’impossibilité de nous embarquer pour l’inconnu sinon sous surveil- lance humaine via les satellites et Google Earth.
L’aventure se trouverait-elle alors dans l’imaginaire ? Serait-ce le fait de quitter notre nid rassurant pour partir à la découverte d’un espace étranger dans des conditions de vie totalement différentes? Ou bien partir à la rencontre d’un monde sauvage riche en biodiversité et difficile à observer ?

C’est au fil des raids estivaux et hivernaux que la faune sauvage va émerger. Au gré de ses caprices nous pourrons ou non l’observer. Cette seconde partie du court-métrage présentera les activités proposées par Primitif Aventure. Nous verrons que, bien qu’Augustin, Laetitia et Charly soient des professionnels des treks et du monde sauvage, l’aventure telle qu’on l’imaginait enfant n’est pas loin. Nous vous raconterons l’histoire d’un désir d’aventure, le désir de l’aventure au quotidien. L’histoire également d’une rencontre, celle de l’homme urbain face à une nature exempte d’industrialisation. Vivant dans un monde où nous sommes constamment bercés par le bruit, jusqu’au point de l’oublier, comment réagir lorsque le silence se fera omniprésent ?

III. Entre chiens et faune sauvage

Tout au long du voyage nous suivrons les évolutions des relations singulières entre ces hommes, leurs chiens et le monde sauvage qui les entoure. Des chiens qui sont le centre du travail de nos trois hôtes mais qui sont par dessus tout aimés par leurs maîtres mushers et soigneurs. Au fil du temps, leurs relations nous apparaîtront-elles comme des relations entre membres d’une même meute ? Comme si la promiscuité de l’espace et leurs travaux quotidiens les mêlaient en une même famille ?

Par ailleurs, là où les hommes ne sont que 4 ou 5, quelle place les animaux sauvages des environs occupent-ils? Restent-ils discrets et méfiants vis-à-vis des hommes ? Le sont-ils seulement vis-à-vis des chiens? Quelles attentions particulières peut-on porter à la faune sauvage dans ces espaces? Il sera intéressant de voir où se trouve l’exceptionnel comme le banal dans cet environnement où, pour nous, tout semblera merveilleux.

En somme, ce projet parle avant tout d’un désir de retrouver une nature vierge pour y chercher un trésor qui apporterait plus de bonheur encore que la recherche d’or. Il parle de survie dans un espace hostile. Il parle d’amour de la nature, de la faune sauvage, du chien, mais également des hommes. Le film se passera dans un espace qui inspire depuis longtemps rêves, poésies et légendes; soif de richesses et quête de simplicité.

Ce court-métrage en deux étapes est un film qui reflétera le regard sur le monde, l’éthique et la vie au quotidien de ces trois amoureux de la nature, des chiens et des grands espaces. Chaque étape marquera une période précise dans leur quotidien car en ces lieux, le quotidien change au fil des saisons.

Note de réalisation

 

Ce voyage en Laponie Finlandaise permet la réalisation d’un court-métrage en deux parties de dix minutes chacune. Il interroge les choix, les rêves, les difficultés auxquels Laetitia, Charly, Augustin et Killian auront eu à faire face durant la saison estivale puis durant la saison hivernale.

Le court-métrage final montrera d’abord le lieu, le choix de vie et l’éthique de Laetitia, Charly, Killian et Augustin. Il retracera brièvement la genèse de leur aventure à l’aide d’images tournées l’an passé avec leur matériel ainsi qu’avec des entretiens filmés.

Ensuite, nous présenterons les activités proposées en été puis en hiver. Les raids sur le lac Inari en canoë l’été puis, les raids dans la neige avec les chiens de traineaux l’hiver. Nous donnerons beaucoup d’importance aux scènes du quotidien tel que les repas, les discussions autour du feu. L’ensemble du film sera tourné en cinéma direct une fois les repérages faits, car nous ne souhaitons pas agir sur le réel, mais le saisir dans sa fragilité.

Les images seront pour la plupart fixes. Le tout sera en couleurs afin de rester au plus près du réel et pour que le spectateur puisse jouir des lumières, des nuances particulières aux pays proches du cercle polaire.

Ces courts-métrages seront avant tout des récits sur la simplicité, sur les re- présentations de l’espace sauvage avec une attention toute particulière à l’image et au son. Entre sons furtifs de la nature, silences et clarté des mots humains. Le montage final sera chronologique, car il suivra l’enchainement des saisons avec les changements de couleurs, de lumières, de sons et d’actions que l’écoulement du temps engendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *